Retour en haut

Chanson française

◄I Chanson française I►

………..bientôt………..

En pente douce
par Olivier

Je te dis comme la vie est belle
Je te le dis, et même si
L’oiseau s’envole à tire-d’aile
Et te laisse seule au fond du nid

Je te dis comme la nuit est douce
Je te le dis, et même si
Notre amour en pente douce
Rejoint l’hiver et son ennui

Il s’ouvre à l’horizon
Des chemins solitaires
Où plus rien ne bouge à l’unisson
Sinon nos vies, quand elles se désespèrent

Je te dis comme sur un nuage
Je te le dis, et même si
Le temps qui passe et qui vire à l’orage
Ne fait rien d’autre que de la pluie

Je te dis comme dans un éclat
Je te le dis, et même si
Je prends tes mains
Et à ton cou
Je prends mes jambes et je m’enfuis

Il s’ouvre à l’horizon
Des chemins sans lumières
Où plus rien ne voit plus loin
Qu’une vie ordinaire
Une vie, sans nom

Je te dis sur un champ de ruines
Je te le dis, et même si
Dans le bouquet de nos intimes
Tu crois renaître un peu d’espoir

Je te le dis aussi bien le jour
Je te le dis aussi bien le soir
Dans le reflet de mon amour
Il n’y a rien, plus rien à voir

Il s’ouvre à l’horizon
Des chemins de poussières
Où plus rien ne respire
Sinon le peu, la peste, le pire
Et le manque d’air…
Le manque d’air

Je te dis enfin et ça me fait du mal
Si je te le dis quand même c’est qu’aujourd’hui
Un ciel étrange a vu passer
Tomber un ange et son étoile

Je te dis
Qu’il s’ouvre à l’horizon
Des chemins en arrière
Je sais
Où plus rien ne se fait autrement
Que sur un lit de pierres
Un désert

Je te dis un peu d’amour
Je te dis un peu de mon cœur
Je te le dis un peu tous les jours
Juste avant qu’ils ne meurent

. Paroles et musique .
. Olivier Dargellès .

………..bientôt………..

Petite berceuse
par Olivier

Il y aura le temps de découvrir l’Amérique
Il y aura le temps
Il y aura le temps de dire que la lune est belle
Il y aura le temps
On mérite
En attendant de faire des miracles
D’inventer de l’eau
De mettre l’or en boite
Une petite berceuse
Une sorte de chanson fragile
De celle qui se creuse
Dans un sillon d’argile

Il y aura le temps de s’inviter au Louvre
Il y aura le temps
Il y aura le temps de méditer la foudre
Il y aura le temps
On découvre
En attendant de vider son sac
D’expliquer de trop
Que notre terre est plate
Une petite berceuse
Une sorte de chanson fragile
De celle qui se creuse
Dans un sillon d’argile :

« Et un peu pour toi quand il neige
Un peu pour moi quand il pleut
Le soleil qui nous protège
Ne nous a jamais brûlé les yeux

Un peu pour nous sur la braise
Un peu porno dans les yeux
On peut vivre sans être à l’aise
Pourvu qu’on soit seuls tous les deux »

Il y aura le temps de tomber à la mer
Il y aura le temps
Le temps des courants d’air, mille fois raison de se taire
Il y aura le temps
On espère
En attendant des monts et merveilles
Brûler nos ailes
Montrer du doigt le bleu du ciel
Une petite berceuse
Une sorte de chanson fragile
De celle qui se creuse
Dans un sillon d’argile

Il y aura le temps de provoquer la chance
Il y aura le temps
Et puis tant qu’on y est pourquoi ne pas refaire la France
Il y aura le temps
Il se murmure en attendant qu’une autre guerre
Tombe les murs
Et brise le cœur de nos prières
Une petite berceuse
Une sorte de chanson fragile
De celle qui se creuse
Dans un sillon d’argile :

« Et un peu pour toi quand il neige
Un peu pour moi quand il pleut
Le soleil qui nous protège
Ne nous a jamais brûlé les yeux

Un peu pour nous sur la braise
Un peu porno dans les yeux
On peut vivre sans être à l’aise
Pourvu qu’on soit seuls tous les deux »

. Paroles et musique .
. Olivier Dargellès .

………..bientôt………..

Rejoindre la plaine
par Olivier

De la lumière au fond d’un creux
De la lumière à petits feux
Quand il fait soir
Quand vient le sombre
Ouvre tes yeux

Tu désespères au fond d’un puits
Tu désespères, et même si…
Quand il fait noir
Quand revient l’ombre
Ouvre ta vie

De la misère à qui en pleure
De la misère à qui en meurt
Quand il se fait tard
Quand vient et tombe
La foudre, et la pluie

Descends le fleuve
Et rejoins la plaine
Pourvu que ta peau neuve
Quitte la peine et l’ennui
Choisis ton emblème
Refais ton nid
Il ne sera plus question de se pendre à minuit

De la prière à la nuit blanche
De la prière jusqu’à soi, qui penche
Quand il se fait rare
Que viennent en nombre
Les justes revanches

Descends le fleuve
Et rejoins la plaine
Pourvu que ta peau neuve
Quitte la peine et l’ennui
Choisis ton poème
Renais ta vie
Il ne sera plus question de se rendre en Sibérie

Et même si l’hiver aux quatre saisons
Même si l’hiver avait raison
Quand il te fait croire
Que va et vient et gronde
L’avalanche sur ta maison

Descends le fleuve
Et rejoins la plaine
Pourvu que ta peau neuve
Quitte la peine et l’ennui
Choisis ton emblème
Refais ton nid
Il ne sera plus question de se pendre à minuit
Il ne sera plus question de se rendre en Sibérie
Il sera juste question de renaître ta vie

. Paroles et musique .
. Olivier Dargellès .

   

Sur la dune
par Radia Zeghari

Dors avec les mouches
Mon amoureux
Moi, je me couche
Dans un lit soyeux

Fais l’insecte mort
Si ça te plait
Moi, je me désinfecte encore

Je te descends sur la dune
Et te recouvre de sable blanc
Car je me sens capable enfin
De t’endormir sous la lune

Respire un peu moins fou
Si tu le peux
Moi, c’est le flou
Que je vois dans tes yeux bleus

Fais ta tête de mort
Si ça t’amuse
Tes bêtes remords ne feront jamais mes excuses

Je te descends sur la dune
Et te recouvre de sable blanc
Car je me sens capable enfin
De t’endormir sous la lune

Tragique avec la bouche
Si tu le veux
Moi, je me boucle les deux oreilles
Et c’est heureux

Je t’enterre sous la dune
Et je découvre enfin
Sous cette eau salée nocturne
Le goût sucré de mon chagrin

Tu dors avec les mouches
Mon amoureux
Et moi je me couche enfin
Dans un lit joyeux

. Paroles et musique .
. Olivier Dargellès .

   

Tourne le vent
par Feuille Morte

Ce n’est pas vraiment le jour
Ce n’est pas vraiment la nuit
Et si les chiens aboient autour
C’est parce que, eux aussi auront senti

Que tourne, tourne, tourne, tourne le vent
Et se retourne, retourne, retourne, retourne mon sang
C’est l’amour qui ne dit plus grand-chose
Et se taire, et toujours
Porte close

Et un peu plus fort
Je voulais les bouquets de l’amour avec toi
Et un peu plus haut
Je voulais le ciel bleu dans tes yeux
Mais pas toi

Ce n’est pas vraiment du blanc
Ce n’est pas vraiment du noir
Et si le jeu autour reprend
C’est juste un jeu, pas un espoir

Que tourne, tourne, tourne, tourne le vent
Ni se retourne, retourne, retourne, retourne mon sang
C’est l’amour qui ne dit plus grand-chose
Et se taire, et toujours
Porte close

Et un peu plus fort
Je voulais les bouquets de l’amour avec toi
Et un peu plus haut
Je voulais le ciel bleu dans tes yeux
Mais pas toi

Et un peu plus fort
Et un peu plus haut
Je voulais avec toi

Et un peu plus haut
Et un peu plus fort
Je voulais, mais pas toi

. Paroles et musique .
. Olivier Dargellès .

   

Viser l’amour
par Xavier Biscotte

J’ai vu la vie quand il fait peur
J’ai vu la vie quand il fait froid
J’ai vu la vie battre mon cœur
J’ai vu la vie plus d’une fois
Jeter ma peau contre la tienne
Viser l’amour, croiser les doigts
J’ai vu la vie, je l’ai vu même
Quand tu n’as pas voulu de moi

J’ai vu la nuit faire un détour
J’ai vu la nuit quand il fait noir
Le cri des morts et des vautours
J’ai vu la nuit sans un espoir
Coller ma peau contre ton corps
Croiser l’amour, serrer les doigts
J’ai vu la nuit, je l’ai vu blanche
Je l’ai vu glisser sur tes hanches

J’ai vu le jour quand il fait soif
Tenu l’amour par une agrafe
Le bruit des coups et des menaces
La vie quand rien ne la remplace
Et j’y ai cru

J’ai vu la pluie quand elle se noie
J’ai vu l’enfer au bord des larmes
J’ai vu le soleil tomber si bas
Où rien ne brûle sinon nos âmes
Changer de peau, aimer l’amour
Quitte à le rendre du bout des doigts
J’ai vu la pluie, je l’ai vu prendre
Nos vies entières entre ses bras

J’ai vu le jour quand il n’y a pas
Un seul amour autour de soi
Le bruit qui court et qu’on attrape
Garder la vie quand elle s’échappe
Et j’y ai cru

J’ai vu le prix d’un long silence
Aussi soudain que vient le cœur
J’ai vu ici combien la chance
N’a pas le poids de nos erreurs
Jouer ma peau, tenter l’amour
Aussi souvent qu’il se répète
J’ai su le prix, je l’ai compris
Aussi certain que je suis bête

J’ai vu le jour de mes 20 ans
Le dernier jour quand il se tait
Et le bruit court que le printemps
Donne la vie quand il renaît
Ça je l’ai vu
Ça je l’ai vu

. Paroles et musique .
. Olivier Dargellès .

Partager

.

© Dargomaniac 2019

Je remercie les musicien.ne.s :

Nicolas BOQUET batterie
Antoine CESARI piano
Chinche Music beatmaker
James COLMAR guitare
Olivier COPADO guitare / basse
Hippolyte CRAPADO basse
Dargo Man guitare / tambourin
Jérôme Del TORO guitare
Victoria FALCONE piano
Ju de Fruits guitare
Olivier MORETTI guitare
Axel POJAGHI violoncelle
TIROOTS  ► guitare
Radia ZEGHARI  ► guitare

Olivier

Je remercie les interprètes :

Alison Lii Lii 1 titre
AnthyØff 1 titre
Arnaud Dublin 3 titres
Feuille Morte 1 titre
Kiwi 3 titres
Maxence Usé 1 titre
Monsieur Mèche 2 titres
Night’z 1 titre
Øslhow 1 titre
Radia Zeghari 4 titres
Tiroots 4 titres
Victoria Falcone 1 titre
Xavier Biscotte 1 titre

Je remercie l’alphabet :

A
B C D E
F G H I
J K L M
N O P Q
R S T U
V W X Y
Z

 

Avez-vous le mot de passe ?